Petit poème en prose sur une fleur de printemps

Dans un petit vallon abrité viennent d’éclore les premières fleurs du printemps. À peine les voit-on poindre d’abord, dans la prairie jaunie par les dernières gelées. Surmontant une tige bleuie, les pétales se replient sur eux-mêmes, puis, en s’ouvrant, forment un calice. On imagine un moineau, par un matin ensoleillé, qui viendrait en sautillant s’y désaltérer. Voilà enfin ma fleur épanouie. Dans un pli de sa robe éclatante, elle découvre un style jaune safran. Une pointe de gaieté au sortir de l’hiver.